Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent

12 mars 2013

De la chaleur entre les cases

group hug

via

Il y a quelque temps, dans le tram, j'étais assise près d'un jeune homme anodin. Enfin, anodin... je dis ça comme pour dire habituel, c'est-à-dire du genre que je rencontre dans ma vie sociale (relativement uniforme, quand on y pense). Equipé d'un smart phone qui va bien, habillé avec soin et goût mais sans excentricité, le sac à dos du citadin dynamique posé à côté de lui et la presque trentaine encore invisible, cachée entre une fin de vie étudiante et un début de vie professionnelle. Il pianotait de facebook en page d'accueil du Monde
C'est avec une certaine dose de lassitude à propos de ma propre vie sociale répétitive et d'un oeil distrait que je l'avais rangé dans la même case socio-économique que tout ce petit monde que je côtoie depuis mon passage à l'université. Qui comme n'importe quel petit monde, peut parfois être la caricature de lui-même. Je réfléchissais au challenge qui consiste à rencontrer des personnes vraiment différentes, au fur et à mesure que nos vies se précisent et s'accélèrent. Bref, c'était un jour de pluie et la morosité était de la partie.
Comme cela m'arrive parfois, j'ai pensé aux copines célibataires qui désespèrent de rencontrer du sang neuf et je me suis dit que ce type ferait parfaitement l'affaire. En tout cas, il ne déparerait pas dans notre groupe. Mais je me suis aussi dit qu'aborder un inconnu dans les transports publics pour lui proposer un verre avec une fille qui n'est pas moi, c'était particulièrement compliqué à amener sans effrayer son interlocuteur.

Et puis un autre homme est entré dans le tram. Il était clairement d'une autre case socio-économique. C'était un vieil homme maghrébin, avec des vêtements fatigués et un sac plastique vide, comme dans une chanson de Souchon. Le jeune homme et le vieil homme se sont salués de loin. Je ne doute absolument pas que, tous les jours, des tas de gens transgressent les cases et entrent contact. Mais ce jour-là, cela répondait précisément à mon besoin d'inattendu. Cet échange a suffit à me faire lever la tête 30 secondes. Je me suis demandée comment ces deux personnes avaient bien pu se rencontrer puis j'ai repris ma lecture. 

Le reste de l'action s'est déroulée en trois temps. 

Après quelques minutes, j'ai vu du coin de l'oeil le jeune homme sortir un papier de son sac et le plier en tout petit. Je n'y ai pas vraiment prêté attention.

Quelques arrêts plus loin, le jeune homme s'est levé pour rejoindre la porte du tram, en s'avançant vers le vieil homme. Ils se sont pris les mains de façon chaleureuse et ont échangé quelques mots qui ont satisfait ma curiosité. Le vieil homme demandait dans un français approximatif et chantant si le jeune homme avait fini ses études. Le jeune homme, comme un gentil garçon poli et respectueux de l'âge, a dit: "Oui, oui, monsieur, j'ai terminé maintenant. Je viens de trouver un travail". Le vieil homme avait l'air content pour lui. Le jeune a demandé au vieux si sa jambe était guérie. Le vieil homme a répondu oui. Il y avait beaucoup de reconnaissance et de chaleur réciproque dans cet échange poli. 

Quelques minutes plus tard, les portes se sont ouvertes. Le jeune homme qui avait pris de l'avance est descendu. Moi qui descendais au même arrêt mais qui traîne toujours un peu la patte, je me levais à peine. Je suis passée à côté du vieil homme. Il dépliait un tout petit papier. C'était un chèque-repas qui était passé de façon inaperçue d'une main à l'autre. Il a souri et tourné la tête mais le jeune homme était déjà parti. 

Ce n'est que qu'à ce moment là que l'ensemble de l'action s'est ordonnée dans ma tête et que les différents épisodes ont pris sens. 

Le jeune homme a traversé la rue. Le feu est passé au rouge. J'ai suis donc restée de l'autre côté du passage pour piétons et je l'ai vu entrer dans son appartement. Je me suis dit qu'il ferait un super bon parti pour les copines célibataires. Mais je me suis aussi à nouveau dit qu'aborder un inconnu dans les transports publics pour lui proposer un verre avec une fille qui n'est pas moi, c'était particulièrement compliqué à amener sans effrayer son interlocuteur. 

A la rigueur, je pourrais leur donner son adresse et puis elles se débrouillent. 

 

Posté par Ness - Thor à 08:53 - J'aime bien... - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    C'est très beau ce que tu écris, ça fait chaud au coeur, sourire...c'est quoi l'adresse exactement ?

    Posté par Claire Crayon, 12 mars 2013 à 10:11
  • Tu en vis des choses dans le tram ! Tu dois être vraiment très observatrice pour te rendre compte de tout ça. Tout ce que je me rappelle des moments de tram pour aller à la fac c'est le grand rush, les bousculades, les mauvaises odeurs et la chaleur ambiante. ^^

    Posté par Letipanda, 12 mars 2013 à 11:14
  • Quelle observatrice! Dans le tram je ne vois pas souvent de scènes comme celle -là!
    En même temps depuis que je me suis faites volée mon smartphone 2 semaines seulement après mon arrivée à Bruxelles, je passe casi tout mon temps dans le tram à faire en sorte qu'on ne me le vole pas à nouveau(j'en ai eu un autre merci l'assurance française) qu'il soit rangé ou que je l'utilise!

    C'est gentil de vouloir trouver un chéri pour les copines célib'! Ceci dit je suis d'accord avec le fait que proposer un rencart à un garçon, rencontré comme ça, pour quelqu'un d'autre que soit, ça serait vraiment bizarre!

    Je trouve que quand on est plus en cours, il est très difficile de rencontrer des gens, quels qu'ils soient!

    Sinon j'ai beaucoup aimé ta façon d'écrire!

    Posté par stella, 12 mars 2013 à 11:25
  • Qu'est ce que ça fait du bien de lire ce genre de jolies histoires ! Faut peut être pas désespérer au fond... On s'indigne souvent d'une soi-disant indifférence à la misère mais je ne sais pas si c'est si vrai : dans mon quartier, je vois souvent de très élégantes mamies en perles et fourrures bavarder avec les punks à iench' par exemple.

    Posté par Fileuse, 12 mars 2013 à 11:29
  • Ca, c'est une superbe anecdote qui fait chaud au coeur... mais pour ce qui est d'aborder l'inconnu pour une copine, ça me semble compliqué effectivement !

    Posté par Kimie, 12 mars 2013 à 22:04
  • @ toutes: merci pour vos messages. J'aime observer les gens, ça me fascine mais effectivement, même si je ne le relate pas ici, il m'arrive de voir/sentir/entendre des choses moins sympas aussi

    Posté par Ness, 13 mars 2013 à 09:03
  • Le genre de situation qui (me) fait retrouver espoir en l'être humain (pessimiste moi ?)

    Posté par ElanorLaBelle, 13 mars 2013 à 17:03

Poster un commentaire