Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent

04 décembre 2015

La semaine en vrac

 

3649911668

 Oui, mais non. 

- Le dieu du farniente et des lombaires (oui, ce doit être le même vu la synchronisation) m'a punie pour n'avoir pas respecté mon engagement de ne rien faire de tout le weekend. Alors que je ramassais et pliais du linge, je me suis violement coincée le dos (au point de ne plus pouvoir me lever, ma laver, mettre mes chaussures - mais pour aller où?) toute seule.

- C'était dimanche vers midi. Je ne tiens donc pas plus longtemps avant de me sentir oppressée par le farniente (même quand je l'aménage de façon particulièrement agréable).

- Lundi, je n'ai pas été travailler. Il m'est terriblement difficile d'avoir deux personnes à mon chevet, qui ont bloqué leur journée pour ça. Lâcher-prise et reconnaissance.

- La kiné pré-natale rencontrée à l'occasion m'a parlé de la technique du dentifrice pour l'accouchement. Visualiser et pratiquer la poussée du haut du corps vers le bas. Parce que ça ne sert à rien de pousser au milieu ou en bas du tube si le dentifrice est en haut. Principe que Spéculoos essaye de m'apprendre en vain depuis 9 ans de vie commune. Je ne pars pas gagnante. Mais en sortant, je peux lacer mes chaussures. Même si j'ai toujours mal.

- Mardi soir, l'un des certificats nécessaires à la vente de la maison de ma grand-mère a été réalisé. Pour l'autre, le professionnel qui devait se déplacer le même jour a annulé et reporté. Vu la dépense émotionnelle que constitue un aller-retour dans la maison de ma grand-mère par cette obscurité hivernale (autant pour ma soeur que pour moi), c'était une très mauvaise nouvelle. Mais ça ne sert à rien de lutter. Lâcher-prise.

- J'ai été sauvée de l'attaque d'une araignée géante par une opération aussi rapide que radicale (la technique de la semelle de chaussure, celle de ma soeur en l'occurrence). Je suis un peu triste pour l'araignée et superstitieuse (un si bon présage, malgré mon arachnophobie) mais je suis pratiquement sûre que ma grand-mère aurait préconisé (voire exigé) ce type d'intervention définitive (arachnophobe de grands-mères en petites-filles).

- J'ai reniflé la boîte dans laquelle se trouvait son sac à main qu'elle trimbalait depuis les années 70 et me suis revue avec elle sur les brocantes, quand elle sortait de son sac la liste, protégée par une feuille plastique, des numéros de Martine manquants à ma collection avant d'écumer les piles et les caisses de livres des vendeurs. J'emporterai cette boîte une prochaine fois. Là, je risque de renifler un peu trop souvent et de me faire du mal.

- Le lendemain, alors que je m'apprêtais à une nouvelle journée interminable (journée de travail + conférence en soirée), l'intervenante a annulé pour raison de santé. Mon dos la remercie.

- Nous avons obtenu une compensation de 150 euros de la part d'ikéa.

- J'ai mentionné en peu de caractères par texto à Spéculoos, faute de batterie, mon intention de rentrer avec le repas du soir par un laconique "Je rentre avec couscous". Mon dernier % de batterie s'est consumé dans la réception d'un sms demandant "c'est qui couscous?". -_-

- Le jeudi dans la journée, par je ne sais quel miracle, j'ai eu l'impression que mon mal de dos était en voie de disparition. Reste plus qu'à récupérer l'énergie qui est partie avec.

- J'ai développé des angoisses et une colère immense en me renseignant pour le boulot sur le droit des grands-parents, qui pourrait autoriser Voldemort - le petit nom donné à notre géniteur - à exiger un droit de visite sur mon enfant malgré ma décision de couper les ponts avec cette personne nocive (vu mes considérations sur la filiation et ma conception des rapports hommes femmes, je suis souvent en colère contre les impositions du droit de la famille mais là, j'ai mis la journée à me calmer).

- J'ai entamé ma wishlist de Noël sur demande expresse des beaux parents et réalisé que cette année, je ne veux rien ou pas grand-chose. A part une levée de fonds pour la restauration d'une gravure familiale à laquelle je tiens particulièrement, peut-être.

- J'ai découvert dans la presse qu'une horrible bonne femme donneuse de leçon dans les années 1960, dont je démonte les écrits en long et en large dans un chapitre de ma thèse, vient de commetre un nouveau livre. Je pensais sincèrement qu'elle était morte (et cette idée m'apportait une certaine paix). Je me fait une obligation de lever le voile sur son passé de joyeuse et consensuelle oppression des femmes (sous couvert de diffusion de la modernité) auprès de mes collègues et j'envoie un sms à Spéculoos (qui a déjà largement entendu parlé de son cas) pour crier mon indignation.

- Ma mère est venue nous aider à faire le ménage (dos bloqué + Spéculoos qui a cours de conduite tous les soirs jusque 21h, ça fait beaucoup de poussière à la fin de la semaine). Je suis gênée et mal à l'aise de la laisser en mode "fée du logis" avant d'aller travailler. Lâcher-prise et reconnaissance.

- Le vendredi, j'ai réalisé que la sage-femme que j'ai choisie pour les cours de préparation à la naissance consulte juste à côté d'un des meilleurs bars à bières de la Capitale. torture et frustration (et interpellation de Spéculoos qui le SAVAIT et s'est bien gardé d'attirer mon attention sur la question).

Posté par Ness - Thor à 19:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Je ne sais pas si tu es française ou pas (je crois me rappeler que oui, mais je confonds peut-être), mais il existe des limites au droit de visite etc des grands parents (si tu as besoin, je serai ravie de mettre mes loooooooooongues années à la fac de droit à contribution pour t'aider). Et si tu es belge, m'est avis qu'il doit aussi exister des limites

    Bref, à la base ma question était la suivante : du coup, tu retentes un week-end farniente ?

    Posté par Anna E., 04 décembre 2015 à 20:45
  • @Anna E. : je suis belge. Mais je serais ravie d'avoir une idée du type de limites. Je pense en parler avec une amie avocate, pour rationaliser un peu la chose.
    Mon dernier week-end était relativement farniente : j'y ai inséré quelques activités de sociabilisation pour ne pas me laisser re-tenter par une lessive

    Posté par Ness, 11 décembre 2015 à 17:00

Poster un commentaire