Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent

14 janvier 2015

Brèves professionnelles

unstop 

source 

- C'est quand tu vas passer un entretien d'embauche dans le secteur de la construction, où on t'annonce que tu devras peut-être aller sur des chantiers, que tu prends la mesure de l'angle que peut prendre ta réorientation professionnelle. Au départ de tes compétences pourtant (développées à l'abri des bibliothèques jusqu'ici).

- Contre toute attente, deux saisons de Suits m'ont été d'une parfaite inutilité dans la traduction de termes juridiques pour l'article que je dois remanier d'ici la mi-janvier. Quelle déception. Evitons de penser à ce que j'ai pu perdre en cours de route en passant du français à l'anglais multiplié par la différence de tradition entre la Common Law et le droit civiliste, alors que je ne suis ni juriste, ni traductrice, ni spécialiste de la philosophie du droit. Faire de l'histoire, c'est être spécialiste de tout, non ? (non)(mais il le faut).

- L'actualité horrible de la semaine dernière était en parfaite cohésion avec une énorme migraine de 3 jours. Sonnée par les événements j'étais, comme une grosse gueule de bois que j'ai passé à mollement transformer tout le système de notes en bas de pages d'un article grâce au fabuleux Chicago manual of style, tout en étant scotchée aux journaux télévisés relatant les événements en direct. Journées suivies du malaise silencieux de fin de journée, quand enfin je réussissais à couper le flux d'informations.

- Comme je corrige un article pour lequel je m'étais engagée il y a un an (il y a la furtivité du ninja. Et il y a le monde académique. A l'opposé.), bien qu'il n'ait plus aucune importance pour ma non-future carrière académique, je n'ai pas encore pu me replonger dans ma bien-aimée thèse. L'angoisse. Atténuée depuis hier par la réception de la correction de ma promotrice française (la seule encore opérationnelle, à son rythme) qui ne me demande pas de remettre en chantier mes chapitres, mais seulement de fluidifier le style. Je me suis empressée de la remercier chaleureusement avec ma promotrice belge en copie. Afin de rappeler à cette dernière que le monde continue de tourner malgré ses tragédies sentimentales.

Posté par Ness - Thor à 11:10 - Sans collègues, sans pantalon - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

  • Je suis persuadée que quand on a étudié l'histoire, on peut devenir spécialiste de tout.
    J'ai également eu l'image furtive d'une bibliothèque qui tombe, déversant tous les livres... et nécessitant donc le port de casque de chantier.

    Posté par Sunalee, 14 janvier 2015 à 11:54

Poster un commentaire