Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent

24 octobre 2014

Les instants non formulés

flickr- the cellist - heng swee lim

source

Cette semaine...

Alors qu'un rayon de soleil perçait dans une journée fraiche et grise et que je repenssais à tous les élans de bienveillance dont j'ai été entourée ces derniers temps, une coccinnelle est venue se blotir dans les plis de mon écharpe. Le présentateur du journal télévisé a annoncé avec le sourire commencer son édition sur une bonne nouvelle. Il s'agissait de la réouverture d'une centrale nucléaire. Avant que les travaux de réfections aient tous été menés à bien. J'ai couru en écoutant Zazie chanter "Je suis un homme", observant dans le reflet de la vitre de la salle de sport toutes ces personnes, faisant comme moi du sur place d'un pas décidé, entrer en résonance avec les paroles de la chanson. J'avance, avance à reculons. Je tourne en rond, je tourne en rond. Lapin, que l'on soupçonne de dormir en permanence pour faire des raids en mode furtif vers sa prochaine bêtise les moments où on a le dos tourné, a utilisé ses pattes. Devant nous. La théorie de skateboard caché sous le canapé n'est donc pas valide. 

 

Posté par Ness - Thor à 17:25 - Les instants - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    Pendant mon footing, j'aimais bien écouter la chanson "Star of the county down" en quinze versions différentes. La rythmique me convenait bien, surtout la version des Irish Rover.
    Quand je vais me remettre à courir, il va me falloir une playlist spéciale marche funèbre par contre...

    Posté par Fileuse, 04 novembre 2014 à 19:26

Poster un commentaire