Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent

24 avril 2013

2000

A la sortie du livre "Dear Me, More Letters To My Sixteen-Year-Old Self", La défraîchie s'était prêtée à l'exercice. J'avais beaucoup beaucoup aimé la lire. Voici la mienne.

16 ans

 Soirée pyjama - année 2000 
(Non, je n'étais pas fâchée. Oui, mon signe distinctif est le grain de beauté ;) )

Chère Vanessa,

Tu as 16 ans et ta personnalité bouillonne, mais surtout à l'intérieur. Si ça ne t'ennuie pas, on ne va pas s'apesantir là-dessus aujourd'hui. Sache simplement que depuis, tu as éclos. Tu es une bien jolie fleur, fraîche et épanouie à un âge qui permet de combiner les deux (presque 30 ans, tu le vis bien). Pour le reste, tu as rendez-vous chez ta psy à 16h tous les mardis et ça me coute une blinde à chaque fois.  

Je voulais surtout te dire que tes cuisses ont la bonne taille, arrête de les ausculter avant d'oser porter la première jupe du printemps. Tout est question de perspective. D'ici quelques années, tu ne porteras plus que des jupes et pourtant tes cuisses seront beaucoup plus grosses. 

A ton époque, Léonardo Di Caprio est déjà apparu sur les écrans dans Roméo & Juliette et Titanic. Tu y vois un nouveau Jonathan Brandis, le jeunot qui parle à un dauphin dans la série Seaquest, Police des mers, et dont tu étais amoureuse quelques années plus tôt. Forcément, cette amitié inter-raciale, ça t'a séduite. Ton attirance pour les blondinets m'est incompréhensible aujourd'hui. 
C'est aussi l'époque des comédies musicales. Daniel Lévi et Elie Chouraqui envahissent les ondes avec Les 10 commandements. Tu t'intéresses un peu à Placebo, aux Red hot et à Daft Punk mais tu te sens une ado incomplète parce qu'en fait, tu n'y connais rien. Tu continues à fredonner Ironic, d'Alanis Morissette quelques années après tout le monde parce qu'elle ouvre le seul Hit Connection que tu possèdes. Tu aimes sincèrement cette chanson mais tu ne peux t'empêcher de penser à du sorbet au citron à chaque fois que tu l'entends: la marchande de glace du village s'appelle aussi Mauricette. 
Un jour, tu assumeras que tu préfères le silence à la musique, tu seras avec un grand brun féru de l'histoire du Titanic qui se mettra à genoux, un torchon sur la tête, accroché à un balai pour mimer Moïse dès que se font entendre les premières notes de "La peine maximum". Comment? Où ça? Vous ferez des soirées revival années 2000 dans votre bar préféré. Moi non plus, je ne sais pas comment tu en es arrivée là mais n'aie pas peur, tu aimes ça.

Parce que tu auras un bar préféré avec des amis co-dépendants (et plein de cocktails préférés aussi), un peu comme dans HIMYM. Oui, Friends, c'est terminé. Au grand regret de tes parents, qui ont fini par aimer ça eux aussi. Mais, comme dans la série, il y aura dans ta vie des appartements où tout le monde sort et rentre tout le temps, avec des amis qui ont tellement d'humour qu'on pourrait presque entendre les rires enregistrés derrière chacun de leurs bons mots. 

Si ça peut te rassurer, tu n'as pas tant changé que ça. Au fond, tu es toujours aussi asociale qu'avant, mais tes proches reconnaîtront tes talents de Daria croisée avec une Mercredi Adams. Surtout, tu ne te sens plus ballottée dans ta vie sociale. Si je me souviens bien, en ce moment, tu es entourée de tas de gens intéressants et sympas mais tu te sens bâillonnée à l'intérieur et tu réagis toujours avec un temps de retard. Malheureusement, à cause de ça, tu les fuiras pour évoluer un peu. Je te rassure, depuis, tu as appris à exprimer clairement ce qui te plaît ou non. Oui, voilà, aujourd'hui, après des années d'observation, tu as aussi l'usage de la parole. 

Profite du jardin, du travail de la terre chez la voisine pépiniériste, du savoir de ta famille sur le bois et les meubles anciens, des animaux autour de toi. Pour l'instant, tu as envie de quitter la campagne, la maison familiale te mange de l'intérieur et tu ne plantes plus rien depuis que ton arachnophobie a dépassé toutes les limites du soutenable. Tu as souvent envie de hurler, que ce soit à cause du trop grand nombre de pattes de certains insectes ou de la violence quotidienne. Sache que plus tard, portée par une saine et utile colère et beaucoup de détermination, tu te destineras à devenir un esprit pur, intellectuellement équipé pour dénoncer les inégalités. Et quand enfin tu feras la distinction entre qui tu es et cette colère en accédant à un peu de sérénité, tu seras capable d'accepter un bout de ton héritage. A ce moment là, le contact avec la matière, le bois, la terre, ton chien, te manqueront un petit peu. Parfois tu te diras que si tu n'avais pas été aussi fâchée avec le monde, tu aurais pu devenir vétérinaire ou fleuriste mais tu aimeras ta vie quand même. Un jour, tu découvriras qu'étudier l'histoire à l'université n'est pas très différent de ce que ton père et ta grand-mère faisaient, même si tu évolues dans un monde très différent. Tu seras capable d'accepter, bien qu'ayant encore du ressentiment, que la pomme n'est pas tombée loin de l'arbre. Ah oui, j'oubliais, le framboisier de ton grand-père t'attend dans le jardin d'une amie de coeur.

Je sais que c'est encore loin mais si tu pouvais, avant de quitter la maison, chopper la recette des gaufres que Ninine, la maman de la voisine, faisait chaque premier mai durant les portes ouvertes de la pépinière, ce serait super. Leur goût parfait me hante encore (alors qu'il parait que Ninine, ce sont d'autres choses qui la hantent maintenant, depuis que sa tête a accueilli un certain Alzheimer...) 

Enfin, arrête de porter des chaussures qui te déforment les pieds. De un, parce que même si tu les trouve "grave cool" aujourd'hui, elles te feront honte plus tard. De deux, parce qu'à 20 ans tu auras les pieds tout déformés. A 25, le mot "hallux valgus" te terrorisera au moment même où tu reçois tes premiers salaires que, forcément, tu vas vouloir dépenser en chaussures (trop étroites, du coup). 

 

Aller, sur ce, bisou, avec toute mon affection et sans rancune. 
Où que je sois, je t'attends - vas-y à ton rythme - et je t'aime,

Vanessa

Posté par Ness - Thor à 12:17 - Mon nombril, entre autres - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

    HA ! J'étais quasiment sûre que tu t'appelais Vanessa ! (Que tu t'appelles toujours, en fait)
    (Le reste est bien trop joli et larmaloeillisant pour être commenté)

    Posté par Anna E., 24 avril 2013 à 13:17
  • Tes 16 ans me parlent comme à mes 16 ans... pas au niveau des références culturelles à cause de mon âge plus avancé mais bien parce que j'étais aussi asociale, parce que je regrette de ne pas avoir la recette des gauffrettes de ma mère (et grand-mère) et parce que quand j'étais petite, je voulais être fleuriste, parce que je suis aussi arachnophobe...

    Posté par Miss Sunalee, 24 avril 2013 à 14:25
  • Je suis d'accord avec Anna, c'est beau et émouvant. Tellement que je ne sais pas si j'oserai me livrer à cet exercice. Il y a des émotions auxquelles je ne suis pas prête à faire face en ce moment...

    Bisous belle Vanessa !

    Posté par Au Fil d'Isa, 24 avril 2013 à 18:07
  • Les références culturelles me parlent to-ta-le-ment !
    Ta petite lettre me parle beaucoup en fait, je m'y retrouve bien, j'aurai pu m'écrire quelque chose de similaire (nan mais les insectes ils ont trop de pattes de toute façon), mais pas aussi joliment. On sent, du moins je sens, de la sagesse derrière tes mots, l'adulte qui a un regard bienveillant sur l'enfant (c'est logique tu me diras). Ce serait chouette de pouvoir nous éviter quelques "erreurs" non ? Je crois qu'on a toute une recette délicieuse qu'on a oublié de demander et qui est perdue aujourd'hui

    Posté par Letipanda, 24 avril 2013 à 18:50
  • Je trouve la démarche vraiment intéressante. Je tenterai bien la chose, mais pas maintenant: le dialogue entre le moi version 16 ans et le moi version 24, ne serait pas très très constructif (ça aurait plus tendance à me déprimer qu'autre chose, vu que je n'aimais pas trop ma vie à 16 et que si il y a eu une passe vers 20-21 ans où c'était pas trop mal, je me retrouve à nouveau dans une mare à 24). Je vais donc attendre quelques temps. Mais je le redis, j'ai beaucoup aimé lire cette lettre à la Vanessa de 16 ans, je trouve le ton tellement positif que ça m'a donné le sourire tiens!

    Posté par Elanorlabelle, 25 avril 2013 à 13:19
  • Merci pour vos réactions. Elles sont touchantes elles aussi. Quant à la sagesse ou au positif des sujets abordés, elle est toute relative...cette lettre est loin d'être complète, j'ai choisi ce que j'étais prête à me dire
    Des bises à toutes!

    Posté par Ness, 26 avril 2013 à 10:21

Poster un commentaire