Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent

04 avril 2013

Les instants non-formulés (sauf ici)

bulles-de-savon

via

Cette semaine...

Dans le tram, un tout petit chien qui avait froid aux fesses s'est assis sur mes pieds. Je n'ai rien dit, j'avais moi-même les orteils gelés. 
Quand je suis entrée dans le cabinet de ma psy, une odeur végétale et âcre appartenant à la patiente précédente m'a piqué le nez. En grand, sur les feuilles de prise de notes déposées là le temps de revenir des toilettes, la psy avait écrit "je fume de la beuh toute la journée". 
J'ai entendu de très jeunes filles parler d'un proche tué en Syrie. Et de très jeunes garçons critiquer la forme qu'avait prise l'arrestation de Dieudonné lors de son spectacle à Bruxelles, comparativement à la xénophobie latente sur laquelle on ferme les yeux à divers niveaux de la société. Pendant qu'un type chantait très fort du rap vulgaire à base de bites. 
Le sourire du bibliothécaire dégageait une vraie chaleur authentique et ça m'a fait du bien. J'ai rêvé de mon chien, celui de mon adolescence. Il était là, c'était réconfortant. 

 

Posté par Ness - Thor à 15:21 - Les instants - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    J'aime beaucoup ces petits instantanés !

    Posté par Miss Sunalee, 05 avril 2013 à 09:50

Poster un commentaire