Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent

24 août 2012

Effacer les traces de la nuit

En ce moment, en ce qui concerne la famille, je garde à distance respectable tout ce que je peux et j'assimile ce qui me parvient malgré tout sans trop de difficulté. En apparence. J'ai l'impression que tout va bien puis je vais me coucher. Et là, mon inconscient se met en route: je fais des rêves dont le sens m'échappe encore mais dont l'intensité ne laisse aucun doute sur leur importance. Je me réveille courbaturée de partout en pouvant précisément pointer l'endroit de mon ulcère naissant (sous les côtes gauches, près de mon estomac). Et parfois je me sens un peu triste aussi. Mais je ne peux pas expliquer pourquoi parce que quand je suis réveillée, "je vais bien".  

Alors j'essaye de mettre à profit mes journées. D'y voir les jolies choses qui effacent petit à petit les traces de mes nuits. 

* Un-e inconnu-e a punaisé ces petits papiers sur les jeunes arbres de la rue de la Victoire. L'occasion d'un billet d'humeur ou d'un souhait au grand air pour les passants les plus observateurs. Quand je suis passée la première fois, seul l'un d'entre-eux était rempli. J'ai souris, repris ma route, rebroussé chemin et participé. Quand je suis repassée avec l'appareil photo, ils portaient tous un message:

rue de la victoire1

Rue de la victoire 2

rue de la victoire

 -clique et vois grand-

* Une soirée à parler de nos dernières vacances avec ma promotrice, histoire de reprendre l'année en douceur. Je m'assieds sur la terrasse pour l'apéro et ma douleur ulcérante disparaît instantanément. Elle me surprend en étant attentive à tout ce que je raconte, était à Agen le jour de mon anniversaire et m'a donc ramené ceci:

SUA

* L'idée de savourer mon dernier cuberdon. Deux minutes de bonheur, millimètres par millimètres, durant lesquelles je sais que je ne me concentrerai que sur le goût et la texture de ce bonbon. En un mois, la croûte s'est épaissie et le goût de framboise a quelque chose de la violette: 

Cuberdon

* Une amie qui m'envoie une photo de bébé animal, sans raison, juste pour me souhaiter une bonne journée:

hippopotame-bebe-900x548

(je vous laisse sur ces deux paires de fesses)

 

Et vous, qu'auriez-vous répondu aux questions de la rue de la Victoire? 

 

Posté par Ness - Thor à 10:45 - J'aime bien... - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

  • Je connais trop bien l'état dont tu parles au réveil. La nasse familiale devient vite pesante, mais le monde est trop beau par ailleurs pour se laisser couler et noyer dans la vase...
    Courage

    Pour les questions :
    oui, je me sens libre parce que je fais en sorte de le rester, de ne pas me laisser entraver, même par les problèmes de mes proches. Ça ne veut pas dire les ignorer, au contraire, ça veut dire rester forte car ils ont besoin de tout, sauf d'une loque. Mais c'est dur !
    Pour les choses à changer, j'aime bien les commentaires des photo

    Posté par Mnémos, 24 août 2012 à 11:17
  • Excellent, ces papiers punaisés !
    Pour ce qui est d'être libre, non, je ne me sens pas libre du tout maintenant que j'ai un travail... mais mon compte en banque, lui, se sent nettement plus libre, alors bon, on fait avec !
    Et pour ce qui est de changer, je crois que je voudrais changer Lyon en Bruxelles... Difficile, n'est-ce pas ?

    Posté par Kimie, 25 août 2012 à 12:01
  • J'aime beaucoup l'idée de ces petits mots punaisés, c'est une belle initiative et les réponses donnent le sourire. Ça fait du bien un peu de lumière Courage !

    Posté par Akroma, 27 août 2012 à 20:53
  • @ Mnémos: courage à toi aussi, ça n'a pas l'air simple non plus de ton côté

    @ Kimie: changer Lyon en Bruxelles, voilà une idée qui m'intéresse... pourquoi pas un petit mélange?

    @Akroma: merci

    Posté par Ness, 28 août 2012 à 10:08

Poster un commentaire