Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent

20 juin 2011

Considérations de salle de bain

top coat

Déjà, quand j'ai lu Baudelaire porter aux nues le plus laid, le plus méchant, le plus immonde de nos vices, celui qui dans un bâillement avalerait le monde, c'est-à-dire l'ennui, j'ai eu comme une révélation.

 

Je savais déjà que je pouvais m'ennuyer avant la fin de la dégustation d'un plat de nouilles chinoises. Pas assez multi-gout pour me tenir en haleine. La lassitude m'étreint avant d'arriver à la moitié et les nouilles au poulet étaient devenues une métaphore fort usitée des conversations avinées d'outre-minuit dans lesquelles je tente d'expliquer la vie avec des images (Dieu vous en préserve).

 

Heureusement, ça fait quelques années que j'ai découvert  "Chez Fleur".

 

 

Par contre, je viens de découvrir que l'application d'un top coat (je suis passée du côté obscur/merci les blogs) sur le plus beau de mes vernis à ongles en prolongeait la tenue au-delà du contentement qu'une manucure parfaite pouvait me procurer. Le rose, ça va 5 minutes, maintenant j'en ai ras-la-cuticule (au propre comme au figuré). Je guette avec impatience le premier éclat. Si tant d'efficacité vous titille, le responsable de mon ennui profond est un top coat de chez HEMA, à pas plus de 3 euros (mais que demande le peuple?).


Heureusement, depuis, j'ai découvert ça. Et je pense que quand j'aurai réussi à faire ça (sans y passer la journée), le top coat sera mon meilleur ami.

 

(j'ai hâte)

Posté par Ness - Thor à 19:46 - Mon nombril, entre autres - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire