Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent

06 décembre 2010

Ici, à Nagano, il reneige...

Par ici, rien de neuf sous le soleil, l'hiver est toujours là. Comme je suis fort sensible à la météo, j'ai commencé, après avoir vu ça chez AKI (et sûrement chez quelques autres dessinateurs-bloggeurs), mon "petit calendrier des moment agréables de l'avent de l'hiver nul qui pue du cul". Pour me focaliser sur les choses chouettes qu'on ne peut faire qu'en hiver et pour éviter le bien plus calorique calendrier improvisé des chocolats Galler (24 minis-bâtons colorés qui présentent la plupart des goûts du meilleur faiseur de chocolat à goût de la Belgique). En outre, m'auto-fixer d'illustrer une idée par jour me fait renouer avec le dessin, vieil ami que j'avais perdu de vue, agréable quand je ne me mets pas la pression. 

 

nuancier_de_24_mini_barres_de_chocolat_galler_monoprix_10341453tnlbk_1933

Le vilain calendrier susmentionné

 

J'ai par ailleurs entrepris de me délester chaque semaine de 45 euros auprès d'une détentrice du grand savoir psy à l'oreille attentive pour éviter de bien plus expansifs achats de chaussures non-réfléchis et émotivement compensatoires (Annabel Winship, je t'aime quand même). Mais tout n'est pas si simple. Il m'arrive encore d'être colère. Le problème n'est pas la colère, on est d'accord: je ne cherche pas à m'aseptiser en dessinant des arcs-en-ciel et en portant des chaussures aux talons praticables. Le problème, c'est l'intensité et le peu de raison valable à tant de hargne. Alors quand j'en tient une, de raison valable...

 

Ma belle-mère, héroïne du psycho-drame de sa vie, aime faire durer le suspens au delà des limites du soutenable. Au delà des limites, elle l'avait déjà été en choisissant sans nous consulter les dates de son séjour à Bruxelles (c'est-à-dire dans notre canapé-lit). Depuis, répététivement, je me fais à- et me défais de l'idée de la voir pour les fêtes. Elle joue depuis mi-octobre environ à "Je viens/Je viens plus". Car quelle plus belle occasion que Noël pour faire étalage de sa souffrance, de sa solitude, de tout son malheur ainsi que de l'ingratitude d'un fils qui a osé quitter un jour (toujours trop tôt) le nid familial et pour jauger si ce dernier est digne de recevoir notre auguste personne? Accepter en toute simplicité, avec plaisir et sobriété une invitation à passer Noël en famille, c'est surfait. 

 

Comme je ne suis pas sûre que ça se règle à temps, j'attends un peu avant d'illustrer dans mon petit carnet magique l'idée pourtant fort joyeuse qui tient en ces quelques mots : " Penser aux préparatifs de Noël des semaines à l'avance en se réjouissant de concocter un repas chaleureux, une maison accueillante et des gentils cadeaux pour les siens". De toute façon, je suis pas sûre que ça aurait été très facile à dessiner...

 

Posté par Ness - Thor à 11:43 - Mon nombril, entre autres - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

  • J'aime pas ce temps! ;(

    Posté par Sophie/ALL, 06 décembre 2010 à 20:42

Poster un commentaire